Sucre, du 27.08.09 au 28.08.09

Ecrit par Flo, le 12-09-2009 16:43

Pages vues : 5128    

Favoris : 459



Decrite comme la plus belle ville de Bolivie, Sucre est le cœur symbolique de la nation: c’est en effet ici que fut declaree l’independance le 6 Aout 1825. Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991, Sucre est un magnifique ensemble de batiments blancs, de petits patios et cours interieures, et d’une jolie architecture d’influence coloniale.



27.08.09: arrivee et decouverte de la ville


La nuit de bus depuis Cochabamba n'a pas ete la meilleure qu'on ait passee depuis le debut du voyage... pas la faute aux sieges; en Bolivie ils ont des bus plutot pas mal au contraire (surement parce qu'il n'y a pas de reseau ferre). Cette fois, c'etait la route: c'est pas complique, on a eu tous les deux l'impression de rouler toute la nuit sur un chemin rocailleux. Bon, c'etait pas Bundi-Udaipur, mais ca secouait tout de meme bien! D'ailleurs en plein milieu de la nuit, les chauffeurs ont du deballer tous les outils pour reparer une roue...
Mais ce qui nous a le plus gene (moi pas trop, je me suis endormie avant), c'etait la mamie qui ronflait comme un sonneur a cote de Clem, lol! Quant a son cheri, il s'est vautre dans le couloir des le demarrage du bus, et il n'arrivait pas a se relever. Comme c'etait Clem le plus proche, il a du l'aider a se relever, c'etait bien fun ;-D.
On est arrives tres tot a Sucre, un peu nazes comme d'habitude. On a recupere nos bagages en soute en echange d'une etiquette numerotee: ici en Amerique du Sud, l'organisation des transports en bus est excellente, et au niveau securite des bagages il n'y a rien a dire: si on ne donne pas l'etiquette a "monsieur bagages", on ne recupere pas ses sacs!
On est tout de suite montes dans un tacos, qui nous a emmenes devant l'hotel qu'on avait repere dans le Lonely. Sauf qu'entre temps, il avait du se tranformer en hotel de luxe ou un truc du genre, parce que les prix appliques etaient 2 fois plus eleves qu'indique! Mais comme ils etaient assez sympas, ils nous ont envoye voir deux rues plus loin a l'auberge de jeunesse "Amigo", moins chere. Cool, ca!
Effectivement, c'etait deja bien plus dans nos cordes, alors on a tout de suite pris. Enfin... pas vraiment tout de suite, parce qu'il a fallu attendre qu'une chambre se libere. On a donc juste pose les sacs, et on est partis petit-dejeuner au "meilleur cafe de la ville"; aujourd'hui, c'est Clem qui, carte en main, m'emmene la ou il veut!
Apres une bonne douche raffraichissante, on est repartis pour un tour de la ville. Apres 5 minutes dehors on comprenait deja pourquoi Sucre etait surnommee "la ville blanche des Ameriques": toutes les maisons, toutes les eglises, et tous les magasins etaient d'un blanc parfait. C'etait tellement nikel qu'on aurait dit que tous les murs etaient repeints chaque semaine!
On est passes par la place centrale, tres charmante avec tous ces arbres et ces papis, beret sur la tete, assis sur les bancs a regarder les gens passer. Puis on a cherche la Salteneria "El Patio" que nous avaient conseille par Sandro et Pauline, les 2 tourdumondistes qu'on avait rencontres a La Paz. Une Salteneria, c'est un restau specialise dans les Saltenas: des sortes de chaussons aux pommes, mais fourres de viande, d’olives, de raisins et de legumes au lieu de pommes. Comme c'etait ferme, on est alles manger dans un restau mexicain, avec une charmante cour interieure ensoleillee. On y etait tellement bien qu'on est restes la deux bonnes heures a bouquiner. Qu'est-ce que ca fait du bien de retrouver de la chaleur apres tant de jours de caillante!
L'aprem, on a continue a se balader et a flaner dans les stands de souvenirs ou dans le petit marche de fruits et legumes. On y vendait des enormes sacs de patates, et les bonnes femmes ralaient quand on les prenait en photo! Il y avait aussi des pyramides de petits verres remplis de gelatine de toutes les couleurs, c'etait joli mais ca avait l'air degueu.
Puis  on est alles visiter le couvent San Felipe Neri, un ancien monastere devenu ecole paroissiale. La visite a bien commence, avec un magnifique numero d’actrice de la part de la guide: on lui avait donne un gros billet pour la visite et elle n'avait pas la monnaie. Elle nous a donc fait patienter et a demande a sa collegue d'aller chercher le change. Sauf que quand elle est revenue elle s'est mise a nous raconter sa vie, histoire de nous endormir un peu avant de nous faire commencer la visite... On lui a donc rappele qu'elle nous devait des sous, et la, trop drole: elle s'est tapee le front, l'air de dire "saperlipopette, j'avais oublie!", le tout comme joue par un mauvais comedien, c'etait assez fort!
Mise a part ca, la visite a ete excellente: le couvent est tout blanc lui aussi, avec de belles arcades, des beaux sols en ceramique rouge, des vieux meubles en bois de cedre, et surtout une vue imprenable sur la ville depuis le toit.
On a termine la soiree dans un excellent restau, a gouter une specialite d’ici : le gratin de quinoa… trop bon ! Dommage que Clem ait failli se casser une dent sur un caillou qu’ils avaient glisse dans la glace au dessert…



28.08.09: repos!


Comme on avait deja fait le tour de la ville hier, on n’a pas fait grand chose aujourd’hui ; d’ailleurs pour une fois, on a decide de … ne rien faire ! Apres une degustation de jus de fruit frais « Jugo de Tumbo » (fruit de la passion vert, abondant dans cette region) au marche du centre-ville, on est alles s’installer a El Patio, pour gouter les fameuses saltenas de Sucre. Rien a dire, c’était un veritable delice !
Comme ils fermaient a midi, on est retournes au Florin (le meilleur cafe de la ville) pour tout le reste de l’apres-midi : bouquinage, courrier, internet… le tout au soleil dans la cour interieure ; que du bonheur !
En fin d’aprem, on est alles prendre notre bus pour Potosi, a 3h de route d’ici.


laisser un commentaire cet article vous a plu? dites-le nous!
Bolivie