Potosi, du 28.08.09 au 30.08.09

Ecrit par Clem, le 13-09-2009 00:37

Pages vues : 5182    

Favoris : 460


Potosi est une ville tres importante en Bolivie; elle est surtout connue pour ses mines, dont l'exploitation par les conquistadors espagnols en avait fait une des cites les plus influentes de toute l'Amerique coloniale.
On a vachement de chance d'arriver a ce moment-la de l'annee parce qu'il y a une grande fete populaire sur les 2 jours a venir, pendant laquelle les locaux vont defiler dans la rue en musique avec leurs costumes traditionnels sur le dos.

 

28.08.2009: arrivee a Potosi

3h de bus depuis Sucre nous ont amenes a Potosi en milieu de soiree, ou on s'est tout de suite faits conduire a l'auberge que Flo avait reservee. La fiesta ne commencera que demain, alors on est restes enfermes toute la soiree sans chercher de resto, ca nous a permis de finir enfin nos restes de bouffe de l'Ausangate :)

 

29.08.2009: visite de la mine

Bonne nouvelle au reveil: la douche est chaude! Mauvaise nouvelle: y a pas d'eau froide, elle a gele dans les tuyaux pendant la nuit!!! C'est rageant mais on s'est fait une raison: on n'aura pas une douche normale avant d'etre rentres a la maison en France...
On a passe la matinee a tourner en ville pour trouver une agence qui veuille bien nous arranger un tour de la mine dans l'apres-midi. Pfouuuu, 7 euros la visite de 2h, ca nous parait cher mais on n'a pas trouve mieux alors on a pris: on a rendez-vous a 14h devant notre hotel. Faire le tour des agences nous a permis de faire un peu le tour du centre-ville, et de son grand marche central. La ville de Potosi est plutot jolie en fait; nous la seule ville miniere qu'on connaissait jusque la c'etait Saint-Etienne, alors forcement ca nous a un peu surpris  ;)
Le midi on trouvait tout trop cher, alors on s'est rabattus sur un resto local: DE-GUEU-LASSE!!! Faut dire, a 1 euro le menu je ne sais pas a quel miracle on s'attendait; depuis le temps on devrait le savoir, mais on se fait baiser a chaque fois.
A 14h devant l'hotel, ce sont deux femmes guides hautes comme trois pommes qui sont venues nous chercher pour nous conduire aux mines, avec de 7 autres touristes. En guise de preambule a l'apres-midi, on nous a arretes au "marche des mineurs"; c'est la qu'ils achetent leur dynamite et autres outils, ainsi que leurs boissons, et les rations de survie de feuilles de coca. Au debut on trouvait ca interessant de voir ce marche specialise, et puis les guides ont fini par nous arreter devant un magasin, ou on nous a force a acheter chacun une bouteille de soda et un paquet de feuilles de coca a donner aux mineurs, pour qu'ils veuillent bien qu'on les observe un moment. En realite on n'etait pas forces d'acheter, mais comme c'est pour les mineurs, sous la pression collective tu n'oses pas dire non... Tres tres enervant, ce principe de te forcer a payer des extras en plus du tour, on n'a pas aime du tout. Mais ce qu'on a encore moins aime, c'est que s'ils font ca, ca veut dire que sur les 70 bolivianos qu'on a payes par personne (80 pour certains, une fortune ici, ca fait plus cher pour 2h de visite que pour une nuit d'hotel en chambre double), il n'y avait STRICTEMENT RIEN qui allait aux mineurs!!! Ca nous a vraiment foutu les boules tout au long de la visite, de se dire qu'on etait la a observer les pauvres gars se tuer litteralement a la tache, un peu comme au spectacle, en sachant que pour seule compensation ils recevaient une pauvre bouteille de mauvais fanta et quelques feuilles de coca. Encore plus gerbant, l'attitude des guides: vu le prix des tours et le nombre de touristes, c'est clairement elles qui s'en mettent plein les fouilles aux depens des mineurs; or pendant toute la visite elles ont fait style "ah vous voyez grace a nous vous avez des boissons et des feuiles de coca gratuites, vous avez de la chance qu'on vous amene des touristes". Des baffes!!!
Mis a part l'attitude insupportable des guides, la visite de la mine en elle-meme n'as pas non plus ete des plus agreables... Deja c'etait plutot dur d'avancer: les galeries ne sont pas hautes, alors pour des guides de 1m20 c'est facile de se la peter et de tracer devant, mais nous on devait se baisser tout le temps, a la fin ca usait bien les jambes (et le casque aussi d'ailleurs, heureusement qu'on l'avait celui-la). En plus de ca l'atmosphere est tres vite devenue etouffante: apres le premier virage, la temperature s'elevait deja considerablement, et encore plus loin, il fallait respirer dans un epais nuage de poussiere. Le plus rassurant: quand j'ai demande a une des guides ce qu'etaient les beaux cristaux suspendus aux murs elle m'a repondu tout simplement: "ca c'est de l'amiante"; c'est genial, on a passe 2h a faire du sport sans masque dans des galeries ou tout ce qu'on peut respirer c'est des nuages charges d'amiante... voila qui t'explique assez facilement pourquoi l'esperance de vie d'un mineur est de 48 ans. Vraiment pas cool  :(  Quant aux mineurs eux-memes, tu as beau savoir que c'est dur pour eux, et tu as beau avoir lu dans des bouquins a quel point c'est inhumain de bosser a la mine, pouvoir les observer "pour de vrai" te met quand meme une bonne claque dans la gueule! La premiere chose qui te frappe, c'est que ces mecs sont deja tout petits; non pas parce que c'est comme ca dans leurs genes, mais parce qu'on les balance au trou a l'age de 12 ans, ou ils n'ont pas d'oxygene et ou on les fait soulever des sacs de minerais plus lourds qu'eux. C'est incroyable a quel point ils sont marques par le travail... ils sont tout rides, des rides de douleur, et ils ont la face toute entiere noircie par la crasse et la poussiere environnantes. Quand tu les vois apres quelques annees de travail, ils font deja 10 ans de plus que leur age veritable, c'est terrible. Il n'y a pas vraiment d'entreprise miniere ni de cooperative, ici c'est chacun pour sa gueule; en general on travaille dans le boyau familial, entre 3 et 10 personnes dans un meme bout de galerie. On n'a pas vraiment compris comment les boyaux etaient attribues, ni par qui. Comme c'est chacun pour soi, certains gars peuvent travailler jusqu'a 18h par jour pour gagner plus. Maigre consolation: la paie peut atteindre les 10$/jour/personne; pour le pays c'est vraiment bien, mais ca implique de travailler beucoup, d'etre tres efficace, et d'avoir trouve un filon bien garni... ca fait beaucoup de conditions!
Au final on n'a vu que 2 groupes de mineurs en action. Au premier arret on a regarde un gars creuser un trou pour y enfoncer de la dynamite: 2h heures de travail pour un petit trou, c'est la misere!!! Et tout a la force des bras, avec le marteau et le burin! Apparement c'est comme ca sur les veines de surface, relativement fines, mais les veines plus profondes (donc plus epaisses) peuvent etre attaquees avec des foreuses. Autrement dit, les veines peu profondes sont un peu les veines des pauvres... Le deuxieme groupe qu'on a observe venait de faire peter de la dynamite, ils etaient en train de remonter des minerais a l'aide d'un chariot, sur des rails. C'est dans ce groupe qu'on a vu un gamin de 12 ans. Un peu plus loin, on s'est aussi arretes devant des sortes de statues en terre moches, que les mineurs erigent dans les galeries pour faire leurs prieres, ce qui consiste essentiellement a s'enfiler un verre d'alcool pur a 96% en fait; sacre vin de messe! Vers la fin du tour, une des guides a demande a Flo ce qu'elle avait pense de la visite; Flo a repondu tres honnetement qu'elle etait mitigee, que c'etait tres interessant de voir les gens travailler dans des mines a l'ancienne, mais que de venir la voir ces gars comme si c'etait des betes de foire, sans rien leur donner en echange, c'etait vraiment pas correct et que ca nous avait gache le plaisir. Explications confuses de la guide, qui en bonne Bolivienne essaie de nous embrouiller comme elle le peut, et tente notamment de s'en sortir en nous faisant avaler que justement elle nous a amenes dans une mine cooperative, donc qu'elle a reverse 5 Bs /touriste (sur 80... vraiment le coeur sur la main cette guide) pour que les ouvriers aient de meilleures conditions. Super convaincant. Elle a finalement botte en touche en jouant sa carte joker: "de toute facon moi je sais ce que c'est, mon papa etait mineur". Mouais... pas classe  :s  Inutile de preciser qu'on n'a pas laisse de pourboire...
A la fin du tour on etait bien crades alors on est alles se doucher/changer a l'hotel, et on est vite ressortis pour trouver une bijouterie ouverte. Eh oui, ici il y a des mines d'argent et les bijoux ne sont pas chers il parait. Malheureusement tout etait ferme a cause de la grande fete, on n'a rien pu trouver. Par contre on est tombes en chemin sur un ensemble de cuivres et de percus d'au moins 50 personnes qui descendait la rue. On s'est trouves debordes de tous les cotes par les musiciens avec leurs enormes instruments; ca pulsait, ca swingait, ca vibrait de tous les cotes, si fort qu'on sentait la chaleur monter en nous. C'etait une sensation incroyable, on aurait voulu passer la nuit entiere la au milieu! Et puis on a finalement ete rattrapes par nos instincts basico-basiques: on a eu faim, alors on est alles se trouver un resto. En ressortant, on entendait encore la musique au loin, mais on ne savait pas precisement d'ou ca venait alors on est juste rentres se coucher.

 

30.08.2009: journee de rouille

Voila un truc pas marrant en Amerique du Sud: ils sont comme chez nous, le dimanche personne ne travaille!!! Moralite on se retrouve souvent sans rien a faire. Ce matin on vouait se trouver une "lavanderia" pour y faire une lessive: peine perdue... idem pour les bijouteries, qui n'etaient pas plus ouvertes qu'hier soir. On quand meme reussi a aller jusqu'a la gare routiere pour acheter nos billets de bus pour demain; la baise, c'etait le meme prix qu'en passant par une agence du centre-ville! Sauf qu'il a fallu payer en plus le transport collectif pour s'y rendre, et que ca nous a fait perdre 1h30. Enfin, au final ca nous a plutot occupes qu'autre chose. On aurait bien visite la "Casa de la Moneda", le musee en centre-ville, un des plus beaux d'Amerique du Sud parait-il, mais il etait ferme lui aussi.
On s'est arretes manger le midi dans un resto-cyber, ou on a egalement passe l'apres-midi pour travailler sur le site; on y est encore restes le temps du diner, et une partie de la soiree... avant de rentrer enfin a l'hotel, dans notre chambre-congelateur. Pas passionnante la journee, mais ca a le merite de nous reposer de temps en temps. Et ca permet de vous donner quelques nouvelles  :)

 

31.08.2009: vamos!

Petite frayeur en debut de journee: a 7h du mat' sur la place centrale il n'y avait pas ame qui vive, impossible de se trouver un taxi! Heureusement, l'un d'eux bien voulu s'arreter alors qu'il etait deja occupe. Ouf!
Petit cafe et achat de biscuits a la gare routiere, et on avait decolle (facon de parler) a 8h.

Direction Tupiza, les salars et le desert du Sud de l'Altiplano!!!


 


laisser un commentaire cet article vous a plu? dites-le nous!
Bolivie
Mise à jour le Lundi, 14 Septembre 2009 00:57