de Nazca a Arequipa, le 01.08.09

Ecrit par Pascale, la maman de Clement, le 17-08-2009 17:18

Pages vues : 9387    

Favoris : 525


1er aout : de Nazca a Arequipa, raconte par Pascale


La journee commence par le survol des lignes de Nazca. Un des temps forts de notre voyage, car l'histoire non elucidee de ces dessins, decouverts par hasard par un americain qui survolait la region, me fascine depuis longtemps. J'aime le dessin naif et stylise de ces geoglyphes. Il y en a 18 en tout, nous en verrons 12 depuis l'avion.
Le vol nous secoue. Le pilote est enerve parce qu'au moment d'embarquer, on ne trouvait plus les papiers des taxes. Ici, les taxes ne sont pas comprises dans les billets d'avion, il faut les acheter dans les aeroports. Et j'avais confie les papiers a Maxence, qui ne s'en souvenait plus!!! Petit stress avant l'embarquement.
Quand enfin on est tous les cinq dand le petit avion, Clement, qui est a cote du pilote, ne le comprend pas! Le voila qui se tape sur les mains (le pilote} et s'enerve encore, en espagnol. Tres rassurant.  "La MAPA, en la MANO! la MANO! la MANOOOO!!!!", nous explique-t-il avec sang froid... Ah ok, on prend la carte dans les mains.
Le survol du premier dessin,la baleine, nous arrache, a moi surtout, quelques cris de frayeur; 'Trrrrust me!!' qu'il nous dit d'un ton autoritaire. Ok, on est bien obliges! Mais les virages sur l'aile a 180 degres nous donnent des hauts le coeur. Meme si on est tous d'accord par la suite pour dire que c'etait bien qu'il fasse le survol de chaque dessin d'un cote puis de l'autre. Comme ca, on les a tous bien vus, photographies, filmes,,,,
Parmi les dessins que nous avons bien aimes: La baleine, le prefere de Clement, le singe, qui fait craquer Florence, le condor, le prefere d'Arthur, le colibri ("You look! Colibri in da left! Colibri in da left!!!"), celui de Maxence, et aussi l'astronaute, l'araignee, le perroquet et les mains.
Cote explications, desolee de vous decevoir, nous n 'avons rien glane de nouveau.
Florence pense que c'est un message aux Dieux pour rendre les terres fertiles, certains disent qu'il s'agit d'un terrain d'atterrissage pour les extra terrestres. Maria Reiche, une allemande qui s'est passionnee pour ces lignes, les a correlees a la position de certaines etoiles, et a formule l'hypothese qu'il s'agisse d'une sorte de calendrier astrologique. Interressant, non?
Mais comment ces dessins ont ils resiste a l'usure et au temps, commemt ont ils pu n'etre jamais effaces? Voici la reponse qui nous est donnee: Nazca se trouve dans un desert aride, de plus protege par la cordillere des Andes il n'y pleut presque jamais (en moyenne 1/2 heure tous les 2 ans).
Qui a fait les lignes? Comment? Mystere.
D'autant plus que chaque dessin est constitue d'une seule ligne tracee avec methode et precision!!!
Le survol est termine. Pour reprendre nos esprits avant de monter en voiture faire nos 8 heures de route jusqu'a Arequipa, nous trainons dans les echoppes de souvenirs, et negocions les prix de tout ce que nous achetons. Clement et Florence, qui se sont bien entraines en Asie, sont bluffants.
Bon, il faut bien prendre la route. 8 heures de Panamericaine qui traverse le desert et longe le pacifique. Des paysages grandioses, qui ne sont pas sans nous rappeler l'Ouest americain. La route est souvent etroite, sinueuse, a flanc de falaises. Heureusement, nous avons un chauffeur, Eduardo, qui connait bien la route et n'a pas peur de doubler les camions dans les virages, ni de rouler a 120 de moyenne, meme quand c'est limite a 35.
Il fait grand nuit lorsque nous arrivons a Arequipa, 2eme ville du Perou, surnommee 'La ville blanche'
L'arrivee Plaza de Armas, la place centrale (toutes les villes et villages au Perou ont une place centrale qui s'appelle Plaza de Armas) nous arrache des cris d'admiration, et chasse notre fatigue. On a bien lu dans le guide qu'Arequipa avait de doubles arcades, mais on avait imagine un doublement horizontal, On ne pouvait pas l'imaginer a la verticale, on ne savait pas que ca existait. Peut etre que c'est un classique dans l'architecture espagnole!
Quoi qu'il en soit, le mot qui restera dans les memoires revient a Arthur: '' et bien, on est bien recompenses' sous entendu: de notre fatigue car la route a ete longue.
La journee n'est pas finie. Revigores par toute cette beaute, et par le Pisco Sour qui nous est offert et que nous degustons sur la terrasse de l'hotel Posada del Inca, qui surplombe la place, nous partons diner dans une pizzeria ou Clement et Florence nous invitent. Pour ceux qui ne le savent pas, la pizza est un must chez les Millier le samedi soir, et c'est un jeu de chercher a denicher des pizzas aussi bonnes que celles du camion de saint Germain au Mont d'Or, le samedi soir.
La pizzeria Los Lenos a Arequipa, 407 rue Jerusalem, n'est pas loin de relever le defi. C'est une adresse que nous vous recommandons, d'autant plus que vous y verrez nos noms inscrits sur le mur. C'est une tradition de la pizzeria. Clem et Flo, tour du monde dans un joli coeur, Pascale, Choupi alias Maxence, et Arthur, un peu plus haut sur la droite.
Retour a l'hotel, j'ai du mal a m'endormir. Paul me manque, je regrette qu'il ne partage pas tous ces moments de decouverte et de bonheur. Mais je ne regrette pas un instant d'etre venue sans lui. Le partage avec les enfants est fort, et le Perou le pays mythique que je m'attendais a trouver.


laisser un commentaire cet article vous a plu? dites-le nous!
Pérou
Mise à jour le Lundi, 17 Août 2009 17:43