la Vallee Sacree, le 09.08.09

Ecrit par Pascale, la maman de Clement, le 30-08-2009 21:32

Pages vues : 9157    

Favoris : 540

9 aout 2009: Ollantaytambo-Chinchero-Cusco

            (Raconté par Pascale)

Ollantaytambo

Petit village pittoresque à près de 2800m, avec de vieilles rues étroites et pavées, creusées d’aqueducs, où il semble bon vivre.

Le village doit son nom à un guerrier Ollantay qui serait tombé éperdument amoureux de la sœur de l’inca Pachucatec.

On y visite les ruines du temple attribué à Pachucatec, et une série de superbes terrasses (andanas). Compter environ 200 marches pour arriver au sommet, d’où la vue sur les environs est sensationnelle. Quand on a fait le HuanayPicchu, tout parait facile. Vu leur importance, on suppose que ces constructions avaient un double objectif : religieux et militaire.

Chinchero

Perché à 3762 m d’altitude, Chinchero est un charmant petit village à 25 kms de Cusco, dans lequel on a choisi de s’arrêter pour profiter de son marché hebdomadaire dominical.

Avant le marché, et parce qu’il est midi et que la messe n’est pas finie, direction l’église. Comme toujours, celle-ci est érigée sur la place centrale du point le plus haut du village, sur un ancien temple inca, face à de très belles terrasses à flanc de montagne.

L’intérieur de l’église est richement décoré de tableaux et de fresques, en moins bon état toutefois qu’à Andahuaylillas. Ici, point de subvention de l’état pour la restauration et l’entretien.

Nous arrivons au moment où le prêtre bénit la foule qui se presse vers lui avec de l’eau bénie. Nous sommes frappés par la ferveur de ces gens qui tendent les bras pour recevoir une goutte d’eau bénie, et embrassent la goutte quand ils en reçoivent une, en faisant leur signe de croix,  transportés dans un autre monde. C’est très émouvant.

C’est donc avec beaucoup de respect que nous nous asseyons dans un coin et attendons la fin de la messe pour visiter l’église.

A la sortie, nouveau détail frappant. Les hommes et les femmes sont assis sur les ruines du mur inca, les hommes d’un côté en train de fumer la chicha, les femmes de l’autre en train de disuter. Les robes des femmes sont resplendissantes de couleurs. Presque toutes ont leur fameux sac dans le dos, réalisé à partir d’un grand pan de tissu coloré, et dans lequel elles portent tout, et d’abord leur bébé.

Voilà que la pluie change notre programme, et qu’avant d’aller sur le marché qui n’est pas couvert, et où les gens commencent à recouvrir leurs stands de grandes bâches bleues, on décide d’aller d’abord rendre visite à une famille qui travaille la laine de ses alpagas.

Nous avons la chance de pouvoir assister à toutes les étapes depuis le traitement de la laine brute, jusqu’à la confection de tapisseries et de pulls.

D’abord, il y a la teinture de la laine : avec des colorants exclusivement naturels, dans des grandes bassines où la couleur sera différente selon la quantité de graines ou d’écorce mises, la température de l’eau et la durée pendant laquelle on laisse la laine en contact avec le colorant. Quel savoir-faire !

Ensuite, il y a le séchage. Des fils de toutes les couleurs sèchent le long d’un mur.

Puis, les femmes filent la quenouille pour mettre la laine en pelotes.

Enfin, deux femmes de chaque côté d’un métier à tapisser réalisent les tapisseries. Une merveille, qui restera inaccessible à notre budget, et à nos valises ! Trop lourd, trop volumineux. C’est bien dommage !

Je compense ma frustration en achetant 3 beaux pulls en alpaga aux garçons.

Le temps passe, il pleut toujours, les marchands sont toujours à l’abri sur le marché. Entre deux averses, on arrive à négocier et à acheter quelques bonnets et deux nappes !


Cusco

Cusco est la quatrième ville du Pérou, avec près de 300 000 habitants. C’est l’ancienne capitale de l’Empire inca, juchée à 3400m d’altitude, construite en forme de puma, la colline et le complexe de Sacsayhuaman en formant la tête.

Nous partons explorer le quartier San Blas, quartier des artistes, et nous régalons de l’atmosphère singulière qui règne dans les rues étroites bordées d’églises et de maisons construites sur d’anciens centres de cérémonie inca. La place San Blas est sobre et tranquille.

Après un peu de shopping, nous rentrons à l’hôtel Monasterio, ancien sanctuaire vieux de plus de  300 ans, qui compte deux cours intérieures (anciens cloîtres) et une superbe chapelle dont les murs sont ornés de plusieurs tableaux de l’école espagnole (l’escuela cusquena)

Nous ressortons dîner dans un petit restaurant choisi par Florence pour ses spécialités. Les filles, les plus courageuses, c’est bien connu, goutent le cuy (cochon d’inde), après une dégustation de bière locale.

Bof, bof ! Mangeable, mais pas franchement bon, encore moins rassasiant. Ça ressemble un peu à nos grenouilles (beaucoup d’os), mais la chair est plutôt ferme !

Comme il n’y a plus de dessert disponible qui nous plaise, nous rentrons en faisant un arrêt chez Gatos (magasin ouvert tard sur la plazza de armas) pour acheter des Oreos (gâteaux espagnols que Clément et Florence nous font découvrir).

La Plazza de Armas est très belle de nuit. Une fontaine en son centre est éclairée et change de couleur à intervalles réguliers. La cathédrale, et l’église de la Compana de Jesus dominent la place, construites respectivement sur l’ancien temple de Wiracocha, et sur le palais de Huanay Capac, nous montrant le Cusco colonial. Ici, contrairement à Arequipa, pas de symétrie, mais cela n’enlève rien à l’harmonie de la place.

Le soir, il fait « frisquet », on sent qu’on est à plus de 3000m !


laisser un commentaire cet article vous a plu? dites-le nous!
Pérou
Mise à jour le Dimanche, 30 Août 2009 21:35